Centre de recherche et expérimentation sur l'acte artistique | CREAA

Reconsidérer le rôle des objets et des performances artistiques dans les sociétés passées et présentes, tisser des liens entre les communautés académiques et artistiques et diffuser les résultats à un public plus large.

Ambitions

Le « Centre de recherche et d’expérimentation sur l’acte artistique » (CREAA) se propose de développer la connaissance de l’acte artistique d’une manière interdisciplinaire, en faisant appel à une confrontation de savoirs et des méthodologies propres aux sciences humaines, aux sciences sociales et aux sciences exactes. Cette thématique élargit le périmètre de recherche du LabEx "Groupe de recherches expérimentales sur l’acte musical | Gream", dont le CREAA constitue la prolongation.

L’objectif est d’approfondir les formes d’extériorisation concrètes, accomplies et observables, des processus de création, et notamment des formes d’expression qui impliquent une synergie ou un croisement de plusieurs pratiques artistiques. Plusieurs approches sont mises en œuvre : de la sémiotique à la modélisation mathématique et cognitive, de l’étude des technologies de captation des sons et des images à l’histoire de civilisations, de l’analyse musicale à l’esthétique, de l’archéologie sonore à l’anthropologie culturelle.

Thématiques et défis en recherche

Le CREAA entend constituer un pôle de recherche international, capable de faire converger les études sur l’acte artistique, en sollicitant une collaboration avec les artistes et les structures qui produisent et diffusent leurs œuvres. L’acte artistique est étudié selon quatre grands axes thématiques, qui se déclinent chacun dans une large diachronie, de l’Antiquité au monde contemporain :

  • Création et production : l’accent est mis sur les acteurs de la production artistique, artistes et interprètes, pour explorer le rôle dévolu à chacun dans un cadre collaboratif. Un des principaux exemples retenus est celui de l’orchestre, qui est étudié non seulement sous l’angle de l’interaction de différents instrumentistes et du chef d’orchestre, mais aussi dans ses composantes gestuelles et scéniques. L’objectif est de montrer que la genèse d’une œuvre est souvent liée à des conditions de production et de mise en acte effective.
  • Espaces et lieux : deux types d’espace de l’acte artistique sont considérés : le matériel et l’immatériel. La première perspective étudie la manière dont l’acte artistique se réalise sur la place publique, notamment en contexte urbain, dans le cadre de spectacles, de rituels et même de l’architecture, en ce qu’elle peut rencontrer des principes musicaux de construction. La seconde perspective étudie les changements que les espaces virtuels induisent sur l’acte artistique, de l’enregistrement à la création assistée par ordinateur. Le statut même des œuvres digitales, la question de l’intermédialité et des nouveaux genres artistiques liés au cyberespace sont notamment considérés.
  • Mémoire et temporalité : l’accent est mis sur les modalités de transmission du patrimoine artistique, à l’échelle de l’individu et des communautés. Ce phénomène fait l’objet de deux types d’approche. La démarche historique et archéologique prend pour cas d’étude l’évolution de la facture des instruments (organologie) et celle des idées artistiques, tout comme la manière dont l’acte artistique s’exprime dans des situations de conflit (politique, idéologique ou sociale). La perspective anthropologique et neuroscientifique privilégie la manière dont l’acte artistique devient un objet de mémoire plutôt que d’histoire, en reconsidérant la notion d’invariants musicaux et en essayant de comprendre comment la mémoire sensorielle peut être altérée par les nouvelles technologies.
  • Théories et modèles : cet axe analyse la manière dont l’acte artistique peut être modélisé selon différentes approches. Il s’agit tout d’abord de modèles de structures complexes, grâce auxquels les systèmes de représentation à l’œuvre dans l’acte artistique sont mis en évidence. D’autres modèles font apparaître les relations entre acte artistique et mathématiques, par l’application de pratiques analytiques (théorie des ensembles, théories transformationnelles et analyse computationnelle). Enfin, les modèles cognitifs mettent en lumière les processus en jeu dans les pratiques traditionnelles, notamment les musiques improvisées du bassin méditerranéen : compétences auditives spécifiques, gestes des musiciens improvisateurs et impact de la mondialisation.

"Graduate program" : une formation interdisciplinaire par la recherche, du master au doctorat

Le champ de recherche sur l’acte artistique est nouveau et ne peut s’enrichir qu’avec l’arrivée de jeunes chercheurs, formés aux méthodologies interdisciplinaires.

Le CREAA propose deux formations spécifiques :

  • un diplôme universitaire interdisciplinaire (DUAA) en un an de niveau master (M2), proposant un parcours interdisciplinaire au sein de l’offre de séminaires de master de la Faculté des Arts. Ce parcours peut être suivi par des étudiants déjà titulaires d’un master dans une discipline artistique, ou en complément d’un master déjà entamé, dont il constitue un supplément interdisciplinaire.
  • un doctorat d’interprétation et création musicale (DICM) spécifique à la musique et qui s’appuie sur l’expertise de dix ans de recherche sur l’acte musical menée au sein du LabEx GREAM. Ce doctorat est franco-allemand et hébergé au sein d’un collège doctoral binational de l’Université Franco-Allemande. Il concerne l’interprétation et la composition musicales et est proposé en partenariat avec la HEAR (Haute Ecole des Arts du Rhin) et la Hochschule für Musik de Freiburg. La formation doctorale est animée par des musiciens et des chercheurs de très haut niveau international. Il comprend des séminaires académiques internationaux et des master-classes. Il donne lieu à la délivrance du grade de docteur (Dr. Phil. en Allemagne), encadré par deux directeurs : un pour la théorie et un pour la pratique.

musicologie - études théâtrales - arts visuels - design - performance studies - mathématiques - acoustiques - psychologie cognitive - histoire culturelle - théologie - anthropologie - neurosciences - archéologie - informatique

  • Le DUAA peut être suivi en complément d’une deuxième année de Master en Arts (architecture, arts plastiques, cinéma, danse, design, multimédias, musique, théâtre…), ou bien constituer un approfondissement faisant suite à un diplôme de Master en Arts. Ce diplôme a une visée internationale, du côté des étudiants comme du côté des intervenants, ce qui suppose des compétences en langues étrangères : français et anglais, et si possible allemand.
  • Le DICM s’adresse à des interprètes, des compositeurs et des improvisateurs de musique de haut niveau, déjà titulaires d’un master universitaire (ou équivalent). Ces étudiants devront avoir une double compétence, pratique et scientifique, de haut niveau. Le doctorat peut être rédigé en français, en allemand ou en anglais. La maîtrise de l’allemand et du français est vivement recommandées pour suivre les séminaires académiques.

Pré-requis pour l'admission

Modalités d'admission

Procédures pour l'admission :

Prof. Mathieu Schneider
Faculté des arts
mathieu.schneider@unistra.fr

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R